JA-1.jpg
JA-2.jpg
buzzcover.jpg
cci-mag.jpg
marie-claire.jpg
waw-magazine.jpg

Article CCI mag
> lien vers l'article

Article BNP - Bizcover
> lien vers l'article

Article La Libre - Un second métier pour une seconde vie
> lien vers l'article

Article Aywa Magazine - Virginie Pierre, manager Diane
> lien vers l'article



VIRGINIE PIERRE

Née en 1968. Vit et travaille à Liège, Belgique.

I continuously wonder about the narrow-mindedness and imprisonment of human thought, and the nonsensical mistakes repeated throughout the history of humanity. I have chosen Contemporary Art and Travelling as my ‘weapons’ in order to provoke questioning. However, I am flexible and open to adapt my project – it is a ‘work-in-progress’. I do not have much chance of saving the world, but at least I dare to try !



BIOGRAPHIE

Basée en Belgique et active en Afrique de l’ouest, où elle forme et accompagne les entrepreneurs, elle y ouvre une maison d’hôtes à la fois bureau et laboratoire expérimental pour les micro –projets : textil design, transformation de fruits, etc. 
Un pied en Europe et les 5 autres orteils répartis entre l’Afrique et la Turquie, elle s’obstine à vouloir construire des ponts entre les différentes cultures. 
Persuadée, que le développement économique dans le respect réciproque et l’autonomie financière sont les clefs de la liberté et de la paix, elle s’engage au quotidien. Si elle ne parle aucune langue à la perfection, elle chante en hindi et en pular, se débrouille pour commander les desserts en turc ou en arabe. 
Inqualifiable, entre gourou et marchande de tapis, elle se moque des étiquettes et prends soin de son réseau avec loyauté et professionnalisme.
Perspicace, elle ne rate aucune occasion de créer des liens.
Dérangeante, parce qu’elle est libre elle partage son expertise avec efficacité.
Convaincante et cohérente car à elle a toujours réussi à réaliser et auto financer ses projets.
Son crédo : « le manque de moyen est un moyen », « pas de réseau pas de business », « l’innovation c’est poser un regard poétique sur l’existant ». Convaincue que l’évolution de la société passera par l’égalité des genres et de chances, elle dit "la route est longue mais le monde est beau."

Koçluk yaptığım iş adamları ve şirketlerin gelişme ve büyümesine şiirsel, etik, yaratıcı ve öngürülü bir yaklaşımla katkıda bulunmak için girişimcilik tarihim boyunca değişik sektörlerde kurduğum uluslararası ilişkiler ve adres defterlerimi harmanlıyorum.

ثري بمسار مؤسساتي متنوع و ذو شبكة دولية متعددة القطاعات في العالم الافتراضي والواقعي مقتنعين عولمة المؤسسات و جمال العالم اصادف دليل العناوين تسهيل مهمة تطوير المؤسسات و ممثليها الانطلاقاته مرورا إلى غاية العولمة الرأسمالية دون إغفال الشعر كمادة أساسية و التى اتبناها في عالم الأعمال بإبداع و تفوق



OUI ou NON

À ma connaissance, Virginie Pierre ne s'est jamais présentée comme une artiste ou une plasticienne, tout au plus, il y a un certain nombre d'années, a-t-elle accepté le terme de jeune créatrice et développé un savoir-faire rapidement reconnu dans le milieu professionnel, une trajectoire fulgurante, dans une autre mode, un autre mode d'expression.

Un savoir-faire ne lui suffisait pas.

Un immense désir de comprendre, et de Savoir, l'a portée et emportée à tenter de découvrir, physiquement et intellectuellement ces sociétés des Femmes et des Hommes investis dans l'élargissement de leur conscience et de leurs perceptions. Son travail plastique se situerait-il auprès des marges de ce que l'on qualifie habituellement sous le terme d'Art ? Oui et non, serait la réponse évidente à la première question posée dans cette approche d'une démarche complexe et paradoxalement directe.

Directe parce qu'elle s'adresse spontanément, sans détour, aux acteurs du contexte social et culturel dans lequel le travail est présenté, et que ceux-là, ne devraient pas avoir trop de mal à comprendre, s'ils sont intègres et honnêtes.

Complexe, parce qu'elle y intègre un grand nombre de données relevant, en outre, de l'histoire, de la sociologie, des religions, de la sémantique... qui déterminent des comportements, des usages ou des règles parfois contraignantes. L'oeuvre ou la proposition plastique qui en découle alors, peut se percevoir comme la métaphore poétique sensible ou parfois cruelle d'une situation caractéristique des rôles imposés, notamment aux femmes.

Oui est la réponse, quand elle est libre et portée par son libre arbitre.

Non est la réponse, quand on veut l'obliger à endosser un costume taillé sur mesure par ceux-là même qui l'ont toujours contrainte à maintenir cette vigilance qui la caractérise face à toute posture artificielle ou humiliante.

Ici s'opère une relecture des règles du savoir-vivre et des règles de l'Art.

Michel Leonardi




YES or NO

To my knowledge, Virginie Pierre has never thought of herself as an ‘artist’ or sculptor. A good few years ago she agreed to describe herself as a young creator at the very most and developed a ‘know how’ that was quickly recognised in professional circles; a brilliant career and her own style; another form of expression.

But mere technique was not enough for her. An all-encompassing desire to understand and acquire knowledge inspired her to explore, both physically and intellectually, those societies of women and men dedicated to broadening and deepening their consciousness and perceptions. Does her plastic art fall within the definition of that which we generally term as Art ? Yes and no, would be the obvious answer to this question regarding her approach which is both complex and paradoxically direct.

Direct, because she speaks spontaneously, without beating about the bush, to the audience in the social and cultural context in which the ‘work of art’ is presented, who should be able to easily understand her message, if they have any sense of integrity and are honest.

Complex, because she integrates into her art a great number of relevant snippets of information, - history, sociology, religion, semantics... that determine behaviour, usage or rules which are sometimes restrictive. Her art or sculpture that is achieved as a result, can be seen as a sensitive and sometimes cruel, poetic metaphor of a typical situation in which roles are imposed, especially on women.

Yes is the answer when she is free and able to follow her own judgement.

No is the answer, when she is made to fit the mould by those very people who have always pressured her into conforming and keeping up her guard when faced with superficial or humiliating situations.

Here is a re-reading of the rules of 'Etiquette' and the 'Rules of Art'.

Michel Leonardi